Salta et le Nord de l’Argentine : Une région hors du temps

En ce 17 Juin, Salta accueille un énorme défilé pour la commémoration de la mort du Général Martin Miguel de Guemes, célébrant ainsi ce héro national, symbole de la culture gauchesca argentine. J’arrive donc dans la dernière « grande ville » du Nord de l’Argentine dans un cadre très particulier.

P1060128

Un spectacle impressionnant avec tous les corps d’armée représentés comme un défilé classique mais pas seulement. Il faut compter aussi sur la présence de nombreuses écoles de la région, de communautés autochtones d’Argentine mais aussi de nombreux gauchos. Tous vêtus de leurs accoutrements traditionnels. Les plus jeunes comme les plus âgés partagent un moment plein d’histoire et de folklore. Un véritable passage de flambeau générationnel poignant. Il y a des milliers de cavaliers dans la ville en provenance de tout le pays avec pour chaque « clan » son drapeau.

Le soir tombé, c’est autour de la statue du Général que vont se relayer toute la nuit différentes factions pour monter la garde. Ils sont encore une fois, plus d’une centaine et alors que certains sont de garde, les autres se réchauffent au bord des nombreux bûchés géants disposés aux alentours de la statue. La bonne ambiance est au rendez-vous avec des chants, de la guitare, de la danse… La fête battra son plein jusqu’au lever du soleil annonçant la fin des célébrations.

P1060084

Maintenant que mes vêtements sont propres, que je sens moins mauvais, que la moto est prête et que les stocks en nourriture et feuilles de coca ont été effectués, je continue ma route en direction du Nord. Toujours à la recherche de la petite perle. Tu sais la petite perle ? La petite piste si belle que lorsque tu tombes dessus tu ne peux t’empêcher de sourire et de grimacer bêtement comme un enfant.

Et bien je ne vais pas être déçu crois-moi ! …car cette partie de l’Argentine est vraiment différente du reste du pays. Les locaux sont plus petits et plus mats de peau. Les femmes portent des tuniques rappelant des siècles de tradition. Les quelques villages vus me donneront un premier avant-goût de ce qui m’attend de l’autre côté de la frontière en Bolivie. Les montagnes arborent des couleurs invraisemblables. Chaque couleur, chaque couche est la représentation du passé de notre planète. Les plus anciennes, d’aspect rougeâtre, datent de plus de 80 millions d’années tandis que les plus récentes (blanches) de 1 million.

P1050838

Mes prochaines cibles sont le village de San Pedro de Atacama et le désert portant le même nom. J’ai encore de la route et plein de belles choses à vivre avant de passer le Paso de Jama (col à plus de 4 700m d’altitude séparant l’Argentine du Chili). Et je vais en trouver des perles avant gravir ce sommet !

P1050779

L’altitude varie tout autant que ce qui compose le terrain. Parfois poussiéreux, parfois bien tassé, parfois en terre ou bien en gravier. Et quel pied que d’être ici ! La météo est superbe malgré un peu de vent parfois mais après la Patagonie je pense être vacciné.

Un jour, en tout début d’après-midi, j’aperçois quelques traces qui s’élancent à 90° sur ma droite et se perdent à l’horizon au milieu d’une plaine très séduisante. J’ai n’ai même pas le temps de me poser la question de savoir si j’y vais, que les deux roues de Baloo sont déjà sorties de l’axe principal. C’est incroyable ! Quelle sensation de liberté ! Comment est-ce possible de voyager autrement qu’à moto désormais ? Je me le demande bien alors que petit à petit les traces disparaissent laissant place à un terrain de jeu gigantesque.

Plaine

Je me retrouve au cœur de cette plaine à slalomer entre les petits arbustes piégeurs. Je n’ai plus de direction, plus de cap, plus d’objectif, plus de destination. Je suis là où je dois être et je vais là où je dois aller. Je partagerai même un beau moment de convivialité avec un troupeau de lamas sauvages. Nous nous observons de longues minutes avec des yeux remplis de curiosité et d’interrogations et c’est alors que nous entamons une discussion. Oui, enfin, ça tirait quand même plus vers le monologue…

Plaine 2

Je me laisse ainsi dériver une bonne partie de l’après-midi avant de reprendre mon cap car je suis à plus de 4 000m d’altitude et les nuits étant très froides, je préfère redescendre un peu pour la fin de journée. Surtout que je me suis prévu un petit dessert : Atteindre et camper sur le désert de sel du Salinas Grandes au pied du Paso de Jama. Chose promise, chose due ! J’arrive tant bien que mal à rejoindre l’extrémité Ouest de cette étendue de sel.

Moto

Encore une fois, je suis sur le cul devant tant de beauté. Le terrain est très agréable à conduire, sans piège notoire. J’évolue au milieu de cette étendue de 12 000ha complètement bluffé. Le soleil allant se coucher, je décide de m’arrêter pour monter le camp et profiter de cet endroit calmement. Sur un fond de musique traditionnelle du pays, je mange un repas chaud en observant le soleil embrasser le sommet des Andes m’éclairant ainsi la direction que j’allais devoir prendre le lendemain matin.

DCIM108GOPROG0018254.JPG

Je pensais que le Salinas Grandes était aux environs de 2 500m d’altitude ce qui me permettait de passer une nuit plus au chaud comparé à ma plaine qui était à plus de 4 000m. Finalement, mon intuition s’est bien trompée car il se situe à 3 350m. C’est beau l’optimisme mais ça donne froid. La blancheur du sol réfléchit le moindre rayon de soleil et n’accumule donc aucune chaleur durant la journée. La nuit va être froide… très très froide.

3 commentaires sur “Salta et le Nord de l’Argentine : Une région hors du temps

  1. Bonjour Clément,
    J’ai lu ton article sur Road Trip et je viens de finir ton magnifique blog sur Take A Way.
    L’année dernière, en janvier, j’ai parcouru une bonne partie de tes aventures en Argentine Chili, en seulement un mois, certes, d’ailleurs, j’avais aussi fait un article sur Road Trip, mais dans ton blog, je mis suis complètement reconnus.
    Je viens de rentrer d’un mois de périple moto sur le Vietnam Laos Cambodge et en même temps passer à travers les gouttes du Coronavirus.
    Collin Audibert m’annonce 1 an avant parution de mon article. On voyage trop. jajaja.
    Soit prudent et courage pour la suite de ton aventure, je t’envie pour la suite, mais sache que j’avais en tête tout ton périple Amérique du Sud, avec achat d’une moto à Cayenne, j’y ai un pote et d’ailleurs en Septembre dernier, nous étions à Oiapoque.
    Santé et bises à Baloo.

    J'aime

  2. Motard de l’aventure voyager est toujours une découverte de surprises c’est ce que nous aimons finalement sinon ils nous restent les All In sur la plage NON NON Merci de vos images et de nos rêves

    J'aime

  3. Ces montagnes aux couleurs roses rouges blanches, magnifique !!! Et j’ai bien ri à t’imaginer en monologue avec les lamas 😂😂 bonne route rouchinette

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :